gérer ses abonnés à sa newsletter

Comment bien gérer les nouveaux abonnés à sa newsletter via son site

Avoir de nouveaux abonnés à sa newsletter est forcément une pratique qu’il faut mettre en place et optimiser.
Il existe différentes techniques pour collecter de nouvelles adresses emails (jeux concours, téléchargement livres blancs, etc.), mais la plus performante reste le formulaire en ligne sur son propre support web, site et/ou blog.
Mais bien entendu, afin de récupérer des emails, il est bon de maîtriser les bonnes pratiques.

Avoir un formulaire d’abonnement sur votre site

Le premier support de votre communication web est votre site Internet. Sur celui-ci, vous devez proposer simplement aux lecteurs de s’abonner à votre newsletter. Vous devez proposer ces incitatifs à différents endroits du site. Le mieux est déjà de le proposer dans le header et dans le footer.

Si vous avez des slides, faites en une totalement dédiée à la newsletter.
Si vous avez une barre latérale avec des widgets, proposez en un avec le formulaire d’abonnement.

Bien utiliser les pop-up

Les pops up avaient un temps disparu de la toile à cause des bloqueurs de pop-up, ils reviennent à la mode, à condition de bien les paramétrer et qu’ils ne soient pas trop intrusif, par exemple limiter le nombre d’affichage en fonction des adresses IP. Un autre principe est de le faire apparaître au bout de quelques secondes de présence sur le site.
Le placement du pop-up est également primordial. S’il apparaît et prend la place du texte que le lecteur est en train de lire, cela ne fonctionnera pas, le lecteur sera incommodé. Par contre s’il vient en complément du texte lu, il pourra impacter.
En résumé, faire apparaître avec un effet visuel, le pop-up au bout de 7 secondes en bas à droite de la page lue.

Proposer de visionner des exemples de newsletters déjà envoyées

Les internautes s’abonnent aux newsletters si ces dernières apportent un contenu, une information pertinente et utile. Pour que le futur abonné soit persuadé que notre newsletter réponde positivement à ces principes, donnez à lire les derniers numéros envoyés.
En lisant des anciens numéros, la personne sera persuadée qu’elle fait bien de s’abonner pour recevoir les prochains numéros.
Donc, le formulaire de collecte de nouveaux abonnés à sa newsletter, proposera un lien vers une bibliothèque de newsletters.

Quelles informations demandées aux nouveaux abonnés à sa newsletter ?

Une règle simple, plus nous demanderons des renseignements, plus les internautes seront réticents à nous les donner et donc à s’abonner.
Il faut dans cette phase se limiter à demander juste son adresse email.
Par contre, bien connaitre ses abonnés est essentiel pour personnaliser le contenu de nos newsletters. Cette connaissance pourra se faire au fur et à mesure de nos envois, en fonction de la réactivité des abonnés.
Et une fois nos contacts bien fidélisés, bien habitués à recevoir nos newsletters, nous pouvons proposer un questionnaire de satisfaction sur nos emailings, accompagné d’un petit questionnaire qui nous permettra de mieux connaitre les abonnés à sa newsletter.

Gérer le double optin afin d’être sûr de la qualités des emails des nouveaux abonnés à sa newsletter

Lorsque nous proposons un formulaire d’abonnement à notre newsletter, il est nécessaire d’être sûr de la qualité des adresses emails saisies.
Il faut être sûr que c’est bien le propriétaire de l’adresse email saisie qui demande à être abonné, et il faut être sûr que l’adresse saisie fonctionne bien, qu’il n’y a pas eu d’erreur de saisi.
Pour cela, il faut mettre en place un système qui envoie une demande de confirmation par email.
C’est ce qu’on appelle le double optin.
Le futur abonné saisit son email – il le valide – il reçoit un email de notre part qui lui demande de confirmer son abonnement en cliquant sur un lien – une fois cliqué l’abonnement est effectif.

Quitte à relancer ultérieurement les personnes n’ayant pas confirmé en cliquant sur le lien proposé.

Mettre en place le principe du Meca

Lors de ce processus, il est bon également de mettre en place la pratique du Meca, acronyme de « Mise en carnet d’adresse »,
Inciter nos abonnés à enregistrer dans leurs carnets d’adresses, l’email que nous allons utiliser pour envoyer notre newsletter facilitera la bonne distribution de celle-ci.
Et cela est encore plus performant si nous insistons bien au moment de l’abonnement.
Pour le double optin, lorsque nous envoyons notre email de demande confirmation, il est alors bon de sensibiliser ce nouvel abonné au fait de rajouter dans son carnet d’adresse associé à son logiciel de messagerie, notre adresse mail.
Nous pouvons par exemple dire : Pour être sûr de recevoir correctement les prochains numéros de notre newsletter, nous vous invitions à enregistrer l’adresse email suivante newlsetter@monsite,com ans de votre carnet d’adresse. Vous recevrez alors correctement tous nos numéros et cela évitera de la retrouver filtrée dans vos courriers indésirables.
(nous avons présenté en détail suer ce site le principe du Méca : Utiliser le MECA pour optimiser la délivrabilité de sa newsletter)

Vous pouvez également vous abonner à la newsletter de notre structure.

bien gérer ses abonnés à sa newsletter




réglementation de l'emailing Infographie

La réglementation de l’emailing

Qu’avons nous le droit de faire en email marketing ?
La réglementation de l’emailing est particulière. Une infographie d’Alesiacom explique ces spécificités.

Infographie : la réglementation de l’emailing

– Les données ne peuvent pas être collectées n’importe comment.
Vous ne pouvez pas envoyer des emailings à partir de données collectées dans les espaces publics
Les personnes contactées doivent comprendre votre démarche marketing, l’accepter, ou avoir la possibilité de s’y opposer.
Les fichiers d’adresses pour prospection doivent être déclarés à la CNIL, sous peine d’une amende de 300 000 euros et 5 ans de prison.
Une case à cocher sur chaque formulaire de collecte doit donner à vos clients et partenaires le droit de s’opposer à l’utilisation de leurs données.

Le consentement préalable est obligatoire en Btoc.
Mais pas nécessairement en btob

Sans proposition de désabonnement vous risquez jusqu’à 50€ d’amende par eamil envoyé.

– Opt in : la personne donne son accord pour être contacté
Opt in actif : l’accord de l’internaute se fait par le biais d’une case à cocher volontairement.
Opt in passif : la case est déjà cochée, l’internaute n’a plus qu’à accepter.
– Opt out : la personne n’a pas donné explicitement son accord pour être contactée.
Opt out actif : l’internaute doit cocher une case « cliquez ici si vous ne souhaitez pas recevoir nos communications ».
Opt out passif : l’internaute est automatiquement inscvrit à la liste de diffusion de l’entreprise lorsqu’il s’inscrit à un des ses services.

Lire le billet de l’auteur de l’infographie.

réglementation de l'emailing Infographie




Données personnelles et marketing sur BFM Business

Un débat : « Données personnelles et marketing ».
Chaque samedi, 01Business, Frédéric Simottel, reçoit chaque semaine des PDG d’entreprises high-tech et des DSI. Débat avec Lionel Kappelhoff-Lançon, co-fondateur de Dolist, spécialiste de l’e-mail et du data marketing, Gérard Haas, avocat à la Cour, spécialisée en droit de l’internet, Vít Kovalovský, rattaché à la direction Redcoon France, e-commerçant spécialisé dans la vente de produits électroménagers,




Tables des matières du livre : Emailing – Fidélisation, acquisition : réussir ses campagnes marketing

Table des matières de mon livre à paraître le 12 février 2014 aux éditions ENI
Emailing – Fidélisation, acquisition : réussir ses campagnes marketing
Histoire et état des lieux
Stratégies marketing
La base de contacts
Le message
L’envoi
Les résultats
Tendances et évolutions
Annexes

Histoire et état des lieux
A. Un peu d’histoire 11
1. Le marketing direct 11
2. L’e-mail 13
3. L’emailing 14
a. Les premières années 14
b. La quantité aux dépens de la qualité 15
c. L’âge de raison 16
d. Définition 16
B. État du marché 17
1. Internet 17
2. L’e-mail 20
3. L’emailing 21
C. La législation de l’e-mailing 22
1. BtoC 23
2. BtoB 23
3. Les règles communes 24
4. Déclarer son fichier à la CNIL 24
5. Les différents codes de déontologie et chartes 25
D. Le spam 25
E. La perception du public 27
F. E-mail versus réseaux sociaux 28
G. E-mail versus SMS 29
H. E-mail versus messageries instantanées 30
I. L’e-mail et le CRM 31
J. L’e-mail et le smartphone 31
K. Les acteurs de l’e-mailing 34
1. Les associations 34
2. Les FAI – fournisseurs d’accès à Internet 35
3. Les webmails – messagerie en ligne 35
4. Les ESP – les solutions d’envoi d’e-mailing 36
5. Les gestionnaires de bases de données 36
6. Les agences conseil 36
L. Pour en savoir plus : 37
M. Les points essentiels à retenir 37
N. Trois questions à un professionnel : Didier Farge, président du SNCD 39

Stratégies marketing
A. Pourquoi faire de l’e-mailing ? 43
1. Les avantages 43
a. Le potentiel de contact 43
b. La stabilité des adresses e-mail 43
c. Le canal préféré des internautes pour recevoir des informations 44
d. Une mise en place rapide 44
e. Des résultats instantanés 44
f. La mesure des retours 45
g. Le ciblage 45
h. La personnalisation 45
i. La réactivité 45
j. L’interactivité 45
k. Le coût 46
l. La viralité 46
m. La mobilité 46
n. L’automatisation 46
2. Les inconvénients 47
a. La diversité des supports de lecture 47
b. Le spam 47
B. Les objectifs stratégiques 47
1. La conquête 48
a. Le multicanal 49
b. L’organisation dans le temps 49
c. La base de contacts 49
d. L’objet 49
e. Le message 49
f. La « carotte » 50
g. Le formulaire 50
2. La fidélisation 50
a. Le ciblage 51
b. Le contenu – le « content marketing » 51
c. Des typologies de campagnes 51
d. Le trigger e-mail 60
e. Le cross-canal 65
C. Pour en savoir plus 65
D. Les points essentiels à retenir 65
E. Trois questions à un professionnel : Simon Decobert, fondateur dirigeant de l’agence
Conexsys 66

La base de contacts
A. Introduction 71
B. Un petit rappel législatif 71
C. Les différents moyens de collecte 72
1. Abonnement en ligne – collecte organique 73
a. Abonnement newsletter 73
b. Téléchargement de livres blancs 79
c. Enquête en ligne 79
2. Les fichiers internes existants 79
a. Fichiers clients 79
b. Fichiers prospects 80
c. Cartes de visite 80
3. Les jeux concours 80
a. Profil des joueurs 81
b. Type de jeux 81
c. Dotation 81
d. Le règlement 81
e. Le support 82
f. La promotion 82
g. Le respect de l’opt-in 83
4. La coregistration 84
a. Le support 84
b. Les différents types 84
c. Les tarifs 85
d. Comment mettre en place efficacement une opération de coregistration ? 85
e. Des exemples 85
5. L’affiliation ou e-mail à la performance 86
a. Comment ça marche ? 87
b. Différents types d’affiliés 87
c. Les différents modes de rémunération 88
d. Les e-maileurs 88
6. Le marketing viral 89
a. Transmettre à un ami 89
b. Les réseaux sociaux 90
c. La vidéo 91
d. Le QR code 91
7. La location d’adresses e-mail – le plan fichier 92
a. Comment trouver son fichier ? 92
b. L’accès aux données du fichier 94
c. Quel prix pour une location de fichiers ? 95
d. Des particularités techniques 96
8. L’achat d’e-mails 97
a. Pratique légale ? 97
b. Des risques techniques 97
c. Des riques en termes d’image 98
9. L’e-mail appending 98
10. Le Crowdsourcing 99
11. L’e-mail retargeting 99
D. Quelles informations pouvons-nous et devons-nous collecter ? 100
1. Les données personnelles 100
2. Les données générées automatiquement 102
3. Les données comportementales 103
4. Quelle taille ? 103
E. La mise à jour 104
F. Pour en savoir plus 104
G. Les points essentiels à retenir 105
H. Trois questions à un professionnel : Régis Bacher, directeur associé de l’agence e-mail
marketing Clic et Site 105

Le message
A. Introduction 109
1. Quel format technique ? 109
2. Passer à travers les logiciels anti-spam 112
3. Être lu correctement par tous les supports de lecture 112
4. Susciter l’intérêt et l’action 113
B. Les éléments d’identification du message 113
1. Le nom de l’expéditeur 113
2. L’e-mail expéditeur 115
3. L’e-mail de réponse 115
4. L’objet 116
a. La longueur de l’objet 116
b. La personnalisation 117
c. Le texte 117
d. Les caractères spéciaux 119
C. La structure 120
1. L’organisation des blocs d’informations 120
a. La newsletter 120
b. Le message de prospection 121
2. Les éléments de base 122
a. La taille du message 122
b. L’organisation des blocs d’informations 122
c. Le fond 123
d. Les polices 124
e. Le vocabulaire 125
f. La gestion des couleurs 125
g. Les images 127
h. La vidéo 134
i. Les formulaires de collecte de données 134
j. Les pièces jointes 135
3. Les éléments fonctionnels 135
a. Le pre-header 135
b. La personnalisation 136
c. Le Meca 137
d. La page miroir 137
e. Les call to action 138
f. La landing page 141
g. Les liens vers les réseaux sociaux 142
h. Le lien de transfert à un ami 143
i. Le désabonnement 143
D. La codification HTML 145
1. HTML, XHTML, CSS ? 145
2. Quel logiciel utiliser ? 146
3. Quel encodage utiliser ? 149
4. Les balises inutiles 150
5. La structure 150
6. Comment utiliser les CSS 151
7. Le message pour smartphone 152
a. Un message dédié smartphone 153
b. Un message adapté en largeur 154
c. Le responsive design 155
E. Des outils pour nous aider 155
1. Un outil pour avoir notre texte brut à partir du HTML 155
2. Les outils de prévisualisation 156
3. Les outils spamcheck 156
4. Des plates-formes de templates – des marketplaces 156
5. Les tests 157
6. Les outils de veille 157
F. Pour en savoir plus 158
G. Les points essentiels à retenir 158
H. Trois questions à un professionnel : Vincent Coudeyre, graphiste, D-Graph 160

L’envoi
A. Introduction 165
B. Bien choisir sa solution d’envoi 165
1. Quel modèle technique ? 165
a. Le full service 166
b. Un logiciel à installer 166
c. Les solutions associées à un CMS 167
d. Les web-applications – le mode SaaS 167
e. La marque blanche 168
2. Des typologies de solutions 168
3. Quelles fonctionnalités doivent-elles avoir ? 169
a. La gestion de la base de contacts 169
b. La gestion du message 171
c. L’envoi 172
d. Les statistiques 172
e. La synchronisation avec Google Analytics 173
C. La délivrabilité 173
1. Qu’est-ce que la délivrabilité ? 175
2. Respect du protocole SMTP 176
3. Les différentes normes d’authentification 176
4. Le blacklistage d’IP ou de serveurs 178
5. Les liens de tracking 178
6. Les spamtrap ou honeypot – les adresses pièges 179
7. Le greylisting 179
8. Les logiciels anti-spam 180
9. Les boucles de rétroaction (ou Feedback Loop) 181
10. La réactivité de nos abonnés 181
11. Étude de cas : Gmail 182
D. Les tarifs 182
E. Bien choisir le moment de son envoi 183
1. Le jour d’envoi 184
2. L’heure d’envoi 184
F. Bien déterminer sa fréquence d’envoi 185
G. Conclusion : tester 186
H. Les points essentiels à retenir 186
I. Trois questions à un professionnel : Didier Colombani, directeur régional de Return Path 187
J. Tableau des différentes solutions 189
Les résultats
A. Introduction 195
B. Les résultats négatifs 195
1. Les e-mails non aboutis, les NPAI, les bounces 195
a. Comment savoir qu’une adresse e-mail est fausse ? 196
b. Les softbounces 197
c. Les hardbounces 197
2. Le taux de désabonnement 198
3. Le taux de plainte 199
4. Le blacklistage 199
5. Les inactifs 200
C. Les résultats positifs 202
1. Le taux d’aboutis 202
2. Le taux d’ouverture 202
3. Le taux de clics 207
4. Le taux de cliqueurs 207
5. Le taux de réactivité 207
6. Le taux de conversion 208
7. Le ROI 208
8. Récapitulatif 209
D. Des chiffres 209
E. Pour en savoir plus 214
F. Les points essentiels à retenir 214
G. Trois questions à un professionnel : Magalie Lasfargues – consultante en marketing digital et relationnel, Experian Marketing Services France 215

Tendances et évolutions
A. Introduction 219
B. Et demain ? 219
1. La pertinence du contenu – le content marketing 219
2. L’e-mail, le point de départ de la viralité 220
3. Le multicanal 220
4. Le ciblage 220
5. L’automatisation 220
6. L’e-mail et le smartphone 221
C. Trois questions à un professionnel : Bruno Florence, fondateur de Florence Consultant 221

Annexes
Conclusion 225
Bibliographie 227
Index 229




Livre blanc : loi, confiance & performances en marketing digital

La société Dolist vient de publier un livre blanc : loi, confiance & performances en marketing digital.

Au sommaire de ce livre blanc :

  • Un  rappel du contexte législatif français en matière de traitement des données personnelles
  • Le recueil du consentement (opt-in) : quand ? Comment ? Quelles dérogations exactement ?
  • Comment mettre en place un processus d’inscription légal, rassurant et efficace
  • Soigner ses relations tout le long du cycle de vie client pour les rendre durables

Améliorer les performances des campagnes digitales en étant respectueux et transparent requiert de réussir l’alchimie entre impératifs législatifs et règles de déontologie.

Pour en savoir plus, allez ici

infographie-confiance-internautes-digital